EN BREF:
Daisy Berry par Moonshiners
Daisy Berry par Moonshiners

Daisy Berry par Moonshiners

Caractéristiques du jus testé

  • Sponsor ayant prêté le matériel pour la revue : Pipeline
  • Prix du conditionnement testé : 19.90 €
  • Quantité : 60 ml
  • Prix au ml : 0.33 €
  • Prix au litre : 330 €
  • Catégorie de jus en fonction du prix au ml précédemment calculé : Entrée de gamme, jusqu’à 0.60 €/ml
  • Dosage en nicotine: 0, 3 ou 6 mg/ml
  • Proportion de glycérine végétale : 50%

Conditionnement

  • Présence d’une boîte : Oui
  • Les matériaux constituant la boite sont-ils recyclables ? Oui
  • Présence d’un sceau d’inviolabilité : Oui
  • Matière du flacon : Plastique souple, utilisable pour le remplissage, si le flacon est équipé d’un embout
  • Equipement du bouchon : Rien
  • Caractéristique de l’embout : Fin
  • Nom du jus présent en gros sur l’étiquette : Oui
  • Affichage des proportions PG/VG en gros sur l’étiquette : Oui
  • Affichage du dosage de nicotine en gros sur l’étiquette : Oui

Note du Vapelier pour le conditionnement: 4.44 / 5 4.4 out of 5 stars

Commentaires quant au conditionnement

Deux sujets de dissertation aujourd’hui. Tout d’abord : “Peut-on devenir une référence gustative en n’ayant sorti que deux produits ?” et ensuite : “Est-il possible de faire mieux qu’excellent ?” . Vous avez trois heures, ne copiez pas les uns sur les autres et réveillez-moi quand vous aurez fini.

Pas d’inquiétude, nous allons faire le corrigé tous ensemble. Pour le premier sujet, la réponse était simple. A priori, cela semblait difficile voire impossible mais pourtant, Moonshiners, l’association de malfaiteurs unissant Pipeline et Lips (Le French Liquide), a réussi à le faire. En effet, après un “Old Nuts” qui reste selon moi le gourmand de l’année 2020 (et 2021…), ils ont sorti un “Big Apple” qui était tout simplement une fessée à tous les desserts fruités de la planète Vape. Le seul reproche que je pourrais faire à ces liquides, c’est qu’ils ne soient pas vendus par citernes et, qu’à force d’en engloutir des flacons au quotidien, j’ai assez de bouteilles pour embouteiller la Méditerranée.

Difficile, après un tel doublé gagnant, d’étudier et de produire une troisième référence qui pourrait rivaliser avec ces deux prédécesseurs. Surtout si l’on considère qu’on quitte le territoire de prédilection des Desperados de la contrebande, la gourmandise, en sortant un fruité ! En effet, notre liquide du jour s’appelle Daisy Berry, il appartient clairement à cette catégorie et, en plus, c’est une fille ! Une naissance étonnante donc mais tout à fait stimulante et novatrice pour la marque.

Présenté, comme ses deux grands-frères, dans une superbe boite cartonnée en 50 ml et assorti d’un booster, aromatisé s’il vous plait, si vous prenez du 3mg/ml de nicotine ou même de deux boosters si votre choix se porte sur du 6mg/ml avec 40 ml d’arôme, le Daisy Berry existe aussi en 10 ml en 3, 6, 12 et 18 mg/ml de nicotine pour n’oublier personne. Le premier se vend à un tarif très correct de 19.90 € et le second à 5.90 € ici. Et comme abondance de plaisir ne saurait nuire, il est aussi disponible en sels de nicotine ici, en 10 ou 20 mg/ml, pour la même somme ! Je vous l’ai dit, il ne manque plus que la citerne !

Toujours assemblé sur un ratio PG/VG de 50/50, le Daisy Berry va nous permettre de trouver ensemble la réponse à mon second sujet de dissertation. Et ça commence de suite, immédiatement.

Conformités légales, sécuritaires, sanitaires, et religieuses

  • Présence d’une sécurité enfant sur le bouchon : Oui
  • Présence de pictogrammes clairs sur l’étiquette : Oui
  • Présence de marquage en relief pour malvoyant sur l’étiquette : Oui
  • 100% des composés du jus sont indiqués sur l’étiquette : Oui
  • Présence d’alcool : Non
  • Présence d’eau distillée : Non
  • Présence d’huiles essentielles : Non
  • Conformité CACHER : Ne sait pas
  • Conformité HALAL : Ne sait pas
  • Indication du nom du laboratoire produisant le jus : Oui
  • Présence des contacts nécessaires pour joindre un service consommateur sur l’étiquette : Oui
  • Présence sur l’étiquette d’un numéro de lot : Oui

Note du Vapelier quant au respect des diverses conformités (hors religieuses): 5 / 5 5 out of 5 stars

Commentaires sur les aspects sécuritaires, légaux, sanitaires et religieux

Nous sommes d’accord, parler de sécurité, de légalité et d’aspect religieux possède un côté farce quand on s’appelle “Moonshiners” ! Ces voyous ne respectent plus rien puisqu’ils appliquent la loi à la lettre et bien au-delà en nous offrant une exemplarité quasi unique en la matière.

Les pictogrammes sont tous de la fête y compris celui pour nos amis malvoyants. On retrouve toutes les informations d’usage, un tableau très bien fait présentant les divers éléments et mélanges de la boite, une évocation de la présence de D-Limonène pour ceux qui auraient la malchance d’être allergiques à la peau des agrumes car, derrière un nom savant, il y a le plus souvent une sobre réalité naturelle et une certification AFNOR pour couronner le tout.

Etre à ce point parfait, juste pour vendre du jus dans des cabarets louches, c’est de la perversité à l’état pur ! Mais au Vapelier, on aime ça ! Ca mérite un 5/5 car je ne peux pas mettre plus mais, en vrai, ça renvoie la concurrence ad patres. Criminels !

Appréciation du packaging

  • La conception graphique de l’étiquette et le nom du produit sont-ils en accord ? Oui
  • Correspondance globale du packaging avec le nom du produit : Oui
  • L’effort de packaging consenti est en accord avec la catégorie de prix : Oui

Note du Vapelier quant au packaging au regard de la catégorie de jus: 5 / 5 5 out of 5 stars

Commentaires sur le packaging

Si vous aimez l’esprit de la prohibition des années 30 aux States, vous allez adorer le packaging.

Après l’aspect marron-kraft du Old Nuts et le vert du Big Apple, c’est un sensuel rose qui évoque ici la féminité de notre Daisy Berry. Le logo du liquide est magnifique, très old tattoo-like avec une jolie paire de gambettes (y’a plus que moi qui emploie ce mot depuis les 70’s) entourée de roses et de deux crosses de revolver. La gourgandine cache bien son jeu et, si tu as le malheur de te rapprocher de trop près, tu n’auras pas droit au French Cancan mais au French Pan-Pan.

L’esthétique est valorisée sur la boite et sur l’étiquette. On la doit à un graphiste décidemment talentueux et en verve qui nous séduit le regard par un design très évocateur, porteur d’une certaine nostalgie et qui fait mouche. Un énormissime coup de chapeau !

Appréciations sensorielles

  • La couleur et le nom du produit sont-ils en accord ? Oui
  • L’odeur et le nom du produit sont-ils en accord ? Oui
  • Définition de l’odeur : Fruitée, Sucrée
  • Définition du goût : Sucré, Fruit
  • Le goût et le nom du produit, sont-ils en accord ? Oui
  • Ai-je aimé ce jus ? Oui
  • Ce liquide me rappelle: Le paradis perdu.

Note du Vapelier quant à l’expérience sensorielle: 5 / 5 5 out of 5 stars

Commentaires quant à l’appréciation gustative du jus

D’abord, il y LE cassis, sombre comme l’âme d’un gangster, sucré comme un sourire glossy, qui envahit tout comme une marée noire. Donnant le La d’un liquide d’exception, dés la première bouffée. Charnu, très légèrement acidulé, presque tangible en bouche. Un régal fruité et gourmand, on ne se refait pas, qui pose un sourire niais sur le visage.

Puis, il y a la grenade, subtile, qui bombarde chacun de nos récepteurs de coups de surin, avec son goût si particulier, si chantant et parfois teinté d’une amertume bienvenue dans ce paradis sucré.

Et enfin, il y a la mûre, bien noire comme on l’aime, qui éclate en déversant son jus pour attendrir les saveurs des deux autres protagonistes et nous laisser nous enfoncer dans un cocon de douceur angélique.

Et ceci n’est que la partie émergée de la recette qui nous dévoile, au bout d’un moment, une légère brise d’été de fraîcheur bienvenue, légère comme un souffle féminin. On retrouve aussi, au détour d’une énième séance de béatitude, une note acidulée qui rappelle la framboise. Ou alors, c’est notre esprit qui se joue de nous car ici, la seule limite est l’imagination.

Le tout est traité comme un liquoreux, à l’image d’une crème de cassis précieuse, de grande origine et la Perle de Bourgogne, entourée de ses acolytes, nous laisse aphones et bien incapables de poser des mots définitifs sur une telle félicité.

A ce niveau, ce n’est plus un e-liquide, c’est un instant de bonheur.

Recommandations de dégustation

  • Puissance recommandée pour un goût optimal : 25 W
  • Type de vapeur obtenue à cette puissance : Dense
  • Type de hit obtenu à cette puissance : Moyen
  • Atomiseur ayant servi pour la revue : Psyclone Hadaly, entre autres
  • Valeur de la résistance de l’atomiseur en question : 0.90 Ω et 0.20 € à 50 W
  • Matériels utilisés avec l’atomiseur : Nichrome, Coton

Commentaires et recommandations pour une dégustation optimale

Vous faites comme vous aimez. Daisy Berry se pliera à tous vos caprices si c’est demandé avec une certaine élégance. Ne soyez pas mufles : puissance mesurée, température adaptée, aération large ou restreinte selon vos goûts. La densité de ce liquide est telle qu’il s’accommodera avec une grande facilité à tous les matériels.

A vaper du matin au soir, parfois accompagné d’un petit shooter d’alcool blanc ou d’un grand verre d’eau bien fraîche pour décupler les sensations.

Moments recommandés

  • Moments de la journée recommandés : Matinée, Matin – petit déjeuner chocolat, Matin – petit déjeuner thé, Apéro, Fin de déjeuner / dîner avec un digestif, Tout l’après midi durant les activités de tout un chacun, Début de soirée pour se détendre avec un verre, Fin de soirée avec ou sans tisane, La nuit pour les insomniaques
  • Ce jus peut-il être recommandé comme un allday vape: Oui

Moyenne globale (hors packaging) du Vapelier pour ce jus: 4.81 / 5 4.8 out of 5 stars

Mon billet d’humeur sur ce jus

Là ou d’aucuns copient ad nauseam les recettes qui fonctionnent, Moonshiners réinvente une nouvelle fois la vape plaisir. Celle qui consiste à être surpris, enfin, par un e-liquide d’exception. Rejoignant ainsi, sans avoir à rougir une seule seconde, la perfection gustative des grandes réussites de certains artisans d’arts comme Claude Henaux ou l’Atelier Nuage.

Ici, la vape devient belle, s’extirpe de son aspect purement commercial comme la Vénus de Botticelli de sa coquille. Elle apparaît nue, sous son plus beau jour, pudiquement voilée de brumes.

Daisy Berry n’est pas une radasse de saloon. Elle est une grande dame, un flacon millésimé d’une grande année. Une promesse, un sourire et puis s’en retourne en coulisses, nous laissant des souvenirs sensuels plein les papilles et la promesse de revenir, peut-être. En espérant que tous les Elliot Ness de la pensée unique ne la mettront pas sous cloche dans les années à venir, quand la prohibition, la vraie, viendra nous apprendre que le plaisir est tabou dans notre civilisation en déclin.

Alors, foncez tant qu’il est temps. Daisy Berry sera disponible dés le mardi 31 août et il n’y en aura pas pour tout le monde.

(c) Copyright Le Vapelier S.A.S 2014 – Seule la reproduction intégrale de cet article est autorisée – Toute modification de quelque nature que ce soit est totalement prohibée et transgresse les droits du présent copyright.

Print Friendly, PDF & Email
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

56 ans, 32 ans de clopes, 10 ans de vape et plus heureux que jamais! J'habite en Gironde, j'ai trois enfants dont je suis gaga, bientôt quatre et j'aime le poulet rôti, le Pessac-Léognan, les bons e-liquides et je suis un geek de la vape qui s'assume!