Maxo 315W par Ijoy

Maxo 315W par Ijoy

Print Friendly
Scan the QR Code

Caractéristiques commerciales

  • Sponsor ayant prêté le produit pour la revue: Vapoter.fr
  • Prix du produit testé: 67.41 Euros
  • Catégorie du produit en fonction de son prix de vente: Milieu de gamme (de 41 à 80 euros)
  • Type de mod: Electronique à puissance variable et contrôle de température
  • Le mod est-il télescopique ? Non
  • Puissance maximale: 315W
  • Tension maximale: 9
  • Valeur minimale en Ohms de la résistance pour un démarrage:  0.06

Commentaires du reviewer quant aux caractéristiques commerciales

Force est de constater que le marché de la box ne stagne pas et que, si certains rares produits sont encore dans les limites de flottaison, le gros de la troupe présente une qualité indéniable qui nous éloigne largement de certaines errances des débuts de la catégorie. Ce fait ne concerne d’ailleurs pas seulement le monde des boxs mais aussi la vape en général, heureusement pour les acheteurs actuels et autres geeks collectionneurs.

IJOY est une marque chinoise dont les débuts ont été sans doute plus lents que les pontes dans le domaine mais qui, depuis quelques mois, a largement refait son retard et nous a proposé, tant en terme d’atomiseurs que de mods, des petites perles bien intéressantes et couvrant tous les besoins des amateurs de vapeur.

C’est donc dans ce contexte très favorable à la marque que sort la Maxo, une box plutôt maxi puisqu’elle avoue son penchant pour la démesure en ne proposant rien de moins que 315W disponibles sous le capot mais aussi une alimentation par quatre accus 18650 qui, dés lors, semblent rendre possible d’honorer, du moins en grande partie, son objectif en puissance. 

9V sont attendus en sortie, couplés à une tolérance jusqu’à 0.06Ω en résistance et 50A d’intensité possible. En théorie, ça peut nous amener très haut. A condition, bien entendu, de trouver des accus qui acceptent de délivrer une très forte intensité, ce qui n’est pas si évident… 

Qu’importe, qui peut le plus peut le moins, dit-on et nous verrons plus bas que la puissance délivrée par la Maxo est très largement confortable, et c’est un euphémisme, pour driver les plus exigeants des drippers et les plus dingues des montages.

Proposée à un tarif de 67€ et des brouettes, autant dire que, si son ramage se rapporte à son plumage, on tient ici une excellente affaire en matière de rapport puissance/prix. A 4.70€ le watt, la concurrence s’enfuit à toutes jambes.

Caractéristiques physiques et ressentis qualité

  • Largeur ou Diamètre du produit en mm: 41
  • Longueur ou Hauteur du produit en mm: 89
  • Poids du produit en gramme: 366
  • Matériels composant le produit: Acier Inox, Aluminium
  • Type de Form Factor: Box classique – type VaporShark
  • Style de décoration: Classique
  • Qualité de la décoration: Bonne
  • Le revêtement du mod est-il sensible aux traces de doigts? Non
  • Tous les composants de ce mod vous semble bien assemblés ? Peut mieux faire et je vous dirai plus bas pourquoi
  • Position du bouton fire: Latérale près du top cap
  • Type du bouton fire: Mécanique en métal sur caoutchouc de contact
  • Nombre de boutons composant l’interface, incluant les zones tactiles si ces dernières sont présentes: 2
  • Type des boutons de l’interface utilisateur: Mécanique en métal sur caoutchouc de contact
  • Qualité du ou des boutons interface: Très bonne, le bouton est réactif et ne fait pas de bruit
  • Nombre de pièces composant le produit: 1
  • Nombre de filetages: 1
  • Qualité des pas de vis: Bonne
  • Est-ce que globalement vous appréciez la qualité de fabrication de ce produit au regard de son prix? Oui

Note du vapelier quant aux ressentis qualité: 3.8 / 5 3.8 Stars

Commentaires du reviewer quant aux caractéristiques physiques et ressentis qualité

Si je vous dis qu’Ijoy a lancé un pavé dans la mare, vous pouvez prendre cette affirmation au sens propre. En effet, avec un poids de 366gr accus compris, 41mm de large, 88mm de haut et 64mm de profondeur, autant vous dire que c’est effectivement un pavé qu’on a en main ! C’est bien simple, je n’avais pas ressenti cette impression depuis ma lecture de Guerre et Paix de Tolstoï ! Les petites mains devront hélas s’abstenir dés lors ou même les grandes ont du mal à empoigner l’objet.

Pourtant, la forme choisie par le fabricant, inspirée de la Reuleaux, est idéale pour gagner en place mais on ne peut, à l’évidence, gérer quatre accus embarqués avec la même réussite que pour trois. Tant pis, la Maxo est la box de tous les excès, c’est ainsi et il faut bien accepter ce « détail » d’ergonomie si on désire profiter de la puissance et/ou de l’autonomie qui va avec. Une fois en main, la box n’est cependant pas désagréable, les arrondis sont judicieusement pensés pour éviter avec soin toute aspérité et on commence au bout de quelques minutes à même la trouver relativement confortable. Toutes proportions gardées, vous l’admettrez.

Esthétiquement, même si pour cela nous devons contredire l’adage : « tout ce qui est petit est mignon », la Maxo présente très bien, en particulier dans sa livrée rouge Ferrari que je contemple en ce moment même. Bien sûr, pour les taureaux et autres mammifères allergiques à cette couleur, vous pourrez aussi la trouver en noir, jaune ou bleu. De plus, Ijoy a pensé à la personnalisation de sa boite en fournissant des stickers, six paires en tout, qui vous permettront un joli choix de teintes pour agrémenter le fond. Du brillant pailleté argent au sage noir fibre de carbone, la palette est importante et, une fois gréée, la box devient vraiment une réussite visuelle.

La finition de l’ensemble est très correcte et les assemblages auraient pu être parfaits si une exception n’était venue un peu ternir le tableau. La trappe à accus, en effet, est un capot sur charnière qui vient obturer le berceau une fois que les accus sont en place.

D’une part, la charnière, sa matière et le fait qu’elle navigue assez largement dans son logement, ne me convainc pas et me fait émettre des doutes sur sa tenue dans le temps.

D’autre part, le capot compte sur la pression exercée par les accus pour tenir en place par un petit ergot. Ce qui a plusieurs effets collatéraux dommageables.

Tout d’abord, la trappe ne tient pas en place si les accus ne sont pas installés. Ce qui fait que, box vide, la trappe se déclipse automatiquement et pendouille au bas de la box. Vous me direz que lorsqu’on a une box, c’est pour l’utiliser en situation et vous aurez raison. D’accord, mais si vous voulez bouger la box lorsqu’elle est vide, vous changerez certainement d’avis après avoir remis  le capot une bonne douzaine de fois.

Ensuite, une fois les accus installé et donc exerçant, je vous rappelle qu’ils sont quatre, une forte pression, le capot devient difficile à clipser et ne tombe jamais flush une fois que c’est fait. Une ouverture marquée et la forme légèrement bombée du capot font comprendre qu’un effort aurait pu être fait sur la conception à cet endroit. Sans compter que la charnière, elle, ne parait pas plus solide qu’au départ. A mon avis, une solution alternative aurait sans doute pu mieux convenir. 

Le reste de la finition n’appelle aucun reproche. Carrosserie d’aspect solide, teinture du corps dans la masse, switch et boutons de commande en inox, connexion 510 du même métal légèrement surélevée pour accepter aussi un airflow par le bas, tout ceci met en confiance et inspire une zénitude que le capot avait un peu entamée. 

La façade de contrôle, assez standard, présente les boutons [+] et [-] au bas de l’écran Oled de bonne dimension et un switch carré très efficace avec une course courte et confortable. Vingt évents disséminés sur les flancs latéraux par série de cinq sur le haut et sur le bas assurent le refroidissement du chipset et sans doute la soupape de sécurité en cas de problème.

Caractéristiques fonctionnelles

  • Type de chipset utilisé: Propriétaire
  • Type de connexion: 510, Ego – via un adaptateur
  • Plot positif réglable ? Oui, au travers d’un ressort.
  • Système de verrouillage ? Electronique
  • Qualité du système de verrouillage: Excellente, l’approche choisie est très pratique
  • Fonctionnalités offertes par le mod: Affichage de la charge des accus, Affichage de la valeur de la résistance, Protection contre les courts circuits provenant de l’atomiseur, Protection contre l’inversion de polarité des accumulateurs, Affichage de la tension de vape en cours, Affichage de la puissance de la vape en cours, Affichage du temps de vape de chaque bouffée, Contrôle de température des résistances de l’atomiseur, Supporte la mise à jour de son firmware, Messages de diagnostic clairs
  • Compatibilité accus: 18650
  • Le mod supporte-t-il le stacking? Non
  • Nombre d’accus supportés: 4
  • Le mod conserve-t-il sa configuration sans accus? Oui
  • Le mod offre-t-il une fonctionnalité de recharge? Aucune fonction de recharge offerte par le mod
  • La fonction de recharge est-elle passthrough? Aucune fonction de recharge offerte par le mod
  • Le mode offre-t-il une fonction Power Bank? Aucune fonction power bank offerte par le mod
  • Le mode offre-t-il d’autres fonctions ? Aucune fonction autre offerte par le mod
  • Présence d’une régulation du flux d’air ? Oui
  • Diamètre maximum en mm de la compatibilité avec un atomiseur: 25
  • Justesse de la puissance de sortie à pleine charge de l’accu: Bonne, il y a une différence infime entre la puissance demandée et la puissance réelle
  • Justesse la tension de sortie à pleine charge de l’accu: Bonne, il y a une différence infime entre la tension demandée et la tension réelle

Note du Vapelier quant aux caractéristiques fonctionnelles: 4.5 / 5 4.5 Stars

Commentaires du reviewer quant aux caractéristiques fonctionnelles

Motorisé par Iwepal, un fondeur chinois spécialisé dans la conception de circuits pour l’e-cig, la Maxo présente un joli panel de fonctionnalités, évitant cependant les fonctions gadgets pour se recentrer sur l’ergonomie et la qualité du signal.

La box fonctionne donc suivant deux modes standards : la puissance variable, réglable de 5 à 315W et le contrôle de température, disponible en titane, Ni200 et SS3616L réglables de 150 à 315°C. La plage d’utilisation en résistance couvre, quel que soit le cas, une échelle allant de 0.06 à 3Ω. Certes, l’absence de TCR pourra en chagriner certains mais soyons honnêtes, cette fonction n’est que rarement usitée par la majorité des vapoteurs et, même si on ne peut pas parler ici d’un gadget, on peut aisément s’en passer. 

Le firmware du chipset, ici en version 1.1, est upgradable sur le site d’Ijoy ou plutôt le sera, dés qu’un update fera son apparition. C’est une bonne chose qui garantit, à condition que le suivi soit assuré par le fabricant, des possibilités d’améliorations ou de corrections éventuelles. D’ailleurs, j’en profite pour vous signaler que le port micro-USB présent sur la box ne sert qu’à l’ugrade et non à charger les accus. Cela me parait raisonnable car, considérant le destin de la box de fournir une puissance importante, mieux vaut utiliser un dispositif externe mieux à même de charger vos accus avec la régularité et les protections nécessaires. 

La box est à même de fonctionner avec seulement deux accus 18650, perdant ainsi une grande partie de sa puissance. A l’évidence, même si je vous le signale, je n’en vois pas l’intérêt, considérant que quitte à se fader une box d’une taille imposante, autant profiter des quatre accus car sinon, de très jolies boxs à double accus bien plus petites existent…

Cinq clics permettent la mise en tension de la box ou sa mise hors tension. C’est simple et maintenant relativement standardisé, ça évite donc une « chicane » ergonomique supplémentaire. Trois clics une fois la box allumée vous feront accéder au menu qui présente une interface très user-friendly et l’ensemble des fonctionnalités de la box :

  1. Le mode N est le mode de contrôle de température pour le Ni200.
  2. Le mode  T est dévolu au titane.
  3. Le mode S au SS316L.
  4. Le mode P nous permet d’accéder à la puissance variable.
  5. Le mode dont le symbole est un écran permet d’en changer l’orientation.
  6. Pour finir, le mode set-up, symbolisé par un équaliser, permet de faire varier le comportement du signal sur le départ ou la durée de la bouffée. 

Pour se déplacer entre les modes, on utilise les boutons [+] et [-]. Pour valider un choix, on appuie sur le switch. C’est très simple et en cinq minutes, on a fait le tour de toutes les fonctions. Pour modifier la puissance en mode contrôle de température, il suffit de la caler avant en mode puissance. Elle ne bougera pas quand vous opterez pour un des trois types de résistif. 

Dans le set-up mode, on a le choix entre « Norm » qui signifie que le comportement du signal est celui implémenté d’origine. « Hard » signifie qu’on va envoyer 30% de puissance en plus au départ du signal pour réveiller un montage un peu lent, idéal pour vos double-clapton et autres. Il y a aussi un mode « Soft » ou la puissance est abaissé de 20% au départ de la puff pour ne pas avoir de dry-hits sur un montage particulièrement réactif si le coil n’est pas encore idéalement alimenté. Il y a aussi un mode « User » qui vous permet de tracer par vous-même la courbe de réponse du signal sur six paliers de 0.5 seconde. Autant dire que ce set-up mode est tout sauf un gadget et qu’il vous autorise une maîtrise quasi-complète de votre vape.

Le reste est assez standard : un cut-off de 10 secondes, l’appui simultané des touches [+] et [-] pour calibrer la résistance de l’atomiseur lorsque vous venez de le plugger sur votre mod. C’est une ergonomie éprouvée et efficace. Les protections sont, elles-aussi, dans la norme pour ce type d’appareil ainsi que les messages d’erreur, très clairs.

Appréciations du conditionnement

  • Présence d’une boîte accompagnant le produit: Oui
  • Diriez-vous que le packaging est à la hauteur du prix du produit ? Oui
  • Présence d’un manuel utilisateur ? Oui
  • Le manuel est-il compréhensible pour un non anglophone ? Non
  • Le manuel explique-t-il TOUTES les fonctionnalités ? Oui

Note du Vapelier quant au conditionnement: 4 / 5 4 Stars

Commentaires du reviewer quant au conditionnement

Une boite en carton rigide noir s’ouvre en laissant apparaître la Maxo, ici dans sa livrée rouge qui tranche sur la mousse noire et dense qui lui sert d’écrin. 

En dessous du tout, on trouve un emplacement contenant la notice en anglais et chinois qui laisse regretter qu’il n’y ait pas du sanskrit, de l’araméen ou du grec ancien au cas où… En tout cas, pas de français …

Le packaging propose aussi les fameux stickers décoratifs qui trouveront leur place dans les inserts prévus à cet effet sur la box ainsi qu’un câble micro-USB/USB standard un peu court à mon avis. 

A rapporter au tarif très contenu de la box, le packaging est tout à fait crédible et ne donne pas au consommateur l’impression d’être arnaqué. C’est très correct.

Appréciations en utilisation

  • Facilités de transport avec l’atomiseur de test: Rien n’y fait, nécessite un sac en bandoulière
  • Facilités de démontage et de nettoyage: Super simple, même en aveugle dans le noir !
  • Facilités de changement des accus: Facile, même debout dans la rue
  • Le mod a-t-il chauffé ? Non
  • Il y-a-t il eu des comportements erratiques au bout d’une journée d’utilisation? Non
  • Description des situations au sein desquelles le produit a connu des comportements erratiques

Note du Vapelier en termes de facilité d’utilisation: 4 / 5 4 Stars

Commentaires du reviewer quant à l’utilisation du produit

En dépit de son poids et de son encombrement qui ne sont pas sans poser de problèmes dans une journée normale de travail, par exemple, la Maxo propose une expérience utilisateur de haut niveau.

Tout d’abord, la qualité du signal est vraiment intéressante. Lisse et constant, les multiples réglages du set-up mode le rende plus ou moins réactif suivant votre montage ou même votre façon de vaper. Dans le mode Hard avec un double-coil clapton à 0.25Ω pour 85W, la réaction du coil est immédiate, fini l’effet diesel qu’il fallait compenser par un surcroît constant de puissance qui finissait par faire avorter la bouffée lorsque le coil montait en température. Ici, l’élévation de 30% pendant une demi-seconde suffit à préchauffer le coil.

Le rendu de vape en mode puissance est très séduisant et s’avère précis et aiguisé. Parfait pour « puncher » des liquides un peu rondelets qui retrouveront ici, suivant l’atomiseur usité bien sûr, un peu de peps et de définition. Le rendu me rappelle un peu celui des chipsets Yihie. C’est voluptueux mais avant tout, la qualité du signal et les choix des algorithmes de calcul favorisent la précision et un peu moins la rondeur.

En mode Norm avec un Taïfun GT3 en 0.5Ω autour de 40W, c’est pareil, le rendu est précis, moins vif que sur un DNA75 par exemple mais tout à fait recommandable.

A 150W sur un Tsunami 24 monté en 0.3Ω, la puissance arrive au galop. Idem sur le Saturn en 0.2Ω autour de 170W. Après…. je vous laisse essayer… 😉

Le contrôle de température, testé en SS316L, est correct même si on n’atteint pas les performances en la matière d’un SX. Ça reste tout à fait exploitable même si je suis moins convaincu que par le mode puissance variable.

Après, il reste une alternative si vous trouvez le poids vraiment gênant : achetez-en deux et profitez-en pour faire de la musculation en alternant vape du bras gauche et vape du bras droit par série de dix puffs !

Recommandations d’utilisation

  • Type d’accus utilisés durant les tests: 18650
  • Nombre d’accus utilisés durant les tests: 4
  • Avec quel type de d’atomiseur est-il conseillé d’utiliser ce produit ? Dripper, A fibre classique, En montage sub-ohms, Reconstructible de type Genesis
  • Avec quel modèle d’atomiseur est-il conseillé d’utiliser ce produit ? Tous, sans exception
  • Description de la configuration de test utilisée: Conqueror Mini, Pro-MS Saturn, Nautilus X, Taïfun GT3
  • Description de la configuration idéale avec ce produit: Un atomiseur acceptant une grande puissance.

le produit a-il été aimé par le reviewer: Oui

Moyenne globale du Vapelier pour ce produit: 4.3 / 5 4.3 Stars

Lien vers une revue vidéo ou un blog maintenue par le reviewer auteur de la revue

 

Le billet d’humeur du reviewer

Même si son poids, sa puissance et sa taille ne le destinent qu’à un public très particulier, le Maxo est un outil de qualité qui fait montre de belles performances en utilisation. L’autonomie qu’on est en droit d’attendre face à quatre accus est bien là, même si nous savons que cela dépend surtout de la puissance que nous allons lui demander d’envoyer. 

La puissance est réelle et la qualité du signal plutôt flatteuse, surtout si on la rapporte au tarif demandé. De plus, l’esthétique travaillée la « débalourdise » visuellement.

Reste une finition correcte pour l’ensemble mais qui n’évite pas une erreur de conception au niveau du capot d’accu qu’il faudrait repenser pour être dans l’optique de la qualité perçue générale. Une erreur qui pénalise la moyenne et l’empêche d’accéder à un Top Mod qui aurait pu être mérité par ailleurs.

Au bilan, nous avons ici un bon produit, spécifique et original, qui répondra à certains besoins tout en se montrant totalement inutile pour une vape tranquille voire même puissante mais « normalisée ». C’est donc une niche très particulière mais, dans cette niche, la Maxo est un bon choix.

(c) Copyright Le Vapelier S.A.S 2014 – Seule la reproduction intégrale de cet article est autorisée – Toute modification de quelque nature que ce soit est totalement prohibée et transgresse les droits du présent copyright.